L’option facultative en terminale, 2011-2012
Imprimer logo imprimer

Introduction

L’enseignement de l’histoire des arts s’attache à développer les acquis culturels et méthodologiques de la classe antérieure en les appliquant à l’étude de questions plus précises. Le programme porte sur une période plus courte qu’en première, la seconde moitié du XIXe siècle et le XXe siècle ; elle est abordée à partir de deux grandes questions, la deuxième étant renouvelable périodiquement : -* la première attire l’attention sur les grandes ruptures qui ont marqué l’évolution des arts depuis le milieu du XIXe siècle ; -* la deuxième incite à analyser, à partir d’une problématique commune, les modes de représentation propres aux différentes pratiques artistiques. Ce resserrement de la problématique et du cadre chronologique permet d’analyser en profondeur les interrelations entre les créateurs, les œuvres, le public, les institutions, la critique, le marché, les procédés de diffusion, et de les replacer dans le contexte idéologique, économique, culturel de l’époque. Comme en classe de première, le programme s’appuie sur deux composantes fondamentales : une approche culturelle d’une part, l’acquisition de savoirs et d’outils méthodologiques et conceptuels d’autre part.

Les deux composantes fondamentales du programme

L’approche culturelle

Il s’agit de repérer des moments particulièrement forts de la production artistique depuis le milieu du XIXe siècle en s’appuyant, à titre d’exemple, sur des œuvres significatives, des écrits d’artistes, des textes théoriques. Cette démarche a pour but de susciter la curiosité de l’élève pour la vie culturelle et artistique et s’enrichit, en classe terminale, d’une réflexion sur l’esthétique. Cette approche permet aussi, à travers l’étude de réalisations majeures de cette période, une compréhension des processus artistiques, de la vie culturelle et de l’environnement urbain, qui participe à la construction d’une identité culturelle et d’une citoyenneté contemporaine.

L’acquisition de savoirs et d’outils méthodologiques et conceptuels

Il ne s’agit pas de suivre un déroulement chronologique de l’histoire des arts mais de faire apparaître les relations entre les arts et la vie sociale et culturelle à partir de deux grandes problématiques. Ces dernières conduisent à mettre en œuvre une méthodologie d’analyse critique permettant de prendre en compte, en maîtrisant les vocabulaires appropriés, les divers aspects qui donnent sens à l’œuvre (inscription dans un type de civilisation urbaine, matérialité de l’œuvre, relations entre formes et technologies, entre formes et discours esthétique et/ou idéologique, parcours des créateurs, réception des œuvres, etc.).

L’ensemble commun obligatoire

Portant sur l’histoire des arts depuis le milieu du XIXe siècle, le programme s’organise autour de deux grandes questions, dont l’une est permanente et l’autre renouvelable périodiquement par publication au bulletin officiel. Pour chaque question, l’équipe pédagogique détermine deux ou trois entrées et les aborde à partir d’une sélection d’œuvres représentatives, de nature et d’origine diverses, en prenant en compte les attentes des élèves. Ce choix se porte sur de grands mouvements artistiques et leur chronologie en évitant tout à la fois l’érudition et les généralités. L’objectif est de permettre aux élèves une mise en relation des facteurs culturels, économiques, institutionnels, sociaux et techniques qui sous-tendent toute production artistique.
Question permanente : les avant-gardes depuis le milieu du XIXe siècle

Cette question permet d’aborder les principales ruptures esthétiques intervenues dans les différents domaines artistiques en un siècle et demi, et leur impact sur les pratiques actuelles. À titre indicatif, sans valeur prescriptive aucune, cette question pourra être traitée à partir des entrées suivantes : -* l’impressionnisme dans les arts, -* le mouvement symboliste et les arts à la fin du XIXe siècle, -* le cubisme dans les arts, -* dada et ses manifestations dans les arts, -* dodécaphonisme et musiques sérielles, -* l’architecture et les arts au Bauhaus, -* la naissance de l’art abstrait, -* expressionnisme et néo-expressionnisme dans les arts du XXe siècle, -* formes urbaines du théâtre (Living Theater, Bread and Puppet Theater, Royal de Luxe...), -* théâtre et musique (Bob Wilson et Phil Glass, Bob Wilson et Lou Reed, l’opéra contemporain, ...), -* la nouvelle vague au cinéma, -* le minimalisme dans les arts, -* le Pop Art dans les arts.

L’ensemble libre

Respectant les objectifs de formation fixés par le programme et prenant en compte le niveau et le goût des élèves, les ressources de l’établissement et de l’environnement et, d’une façon générale, le contexte sous toutes ses formes, l’équipe pédagogique dispose librement de cet ensemble, qu’il s’agisse d’une démarche interne à la discipline, d’une ouverture à l’environnement pédagogique et culturel ou d’une mise en perspective de l’enseignement proposé au cours de ces trois années ou de toute autre question. En conséquence, les items ci-dessous sont donnés à titre d’exemples et d’exemples seulement. Ils n’imposent rien. Ils visent simplement à éclairer le propos.
Dans une démarche interne à la discipline, on pourra notamment :

-* revenir, en cas de nécessité, sur tel ou tel point du programme commun obligatoire qui n’aurait pas été assimilé par l’ensemble des élèves ou par certains d’entre eux ; -* aborder de nouvelles questions, pouvant notamment concerner des domaines moins traités dans le cadre des questions de l’ensemble commun (danse, musique, théâtre par ex.), afin de donner une ampleur accrue à l’enseignement, tout en soulignant sa cohérence ; -* s’appuyer sur les nouvelles technologies pour approfondir les méthodes de recherche documentaire et d’analyse (exemples : se livrer à une analyse critique de catalogues d’exposition, de documentaires vidéo, de cédérom, de sites Internet, ...) ou de production de documents (exemples : traiter des images, créer un cédérom, un site Internet, ...), dans le cadre des questions de l’ensemble commun obligatoire, et poursuivre une réflexion sur la relation entre technique et création ;

Dans une démarche d’ouverture à l’environnement pédagogique et culturel, on pourra notamment :

-* entrer en relation avec les autres disciplines enseignées au lycée pour travailler sur des thèmes, des questions, des problématiques complémentaires qui peuvent donner lieu à des approches croisées et instaurer ainsi une véritable interdisciplinarité conduisant les élèves à mieux percevoir le sens de leurs études ; -* consolider les relations entre l’enseignement et la création, l’école et les lieux de vie artistique et culturelle , en utilisant au mieux, de façon continue ou ponctuelle, les ressources offertes par l’environnement et le calendrier des manifestations : chantiers, expositions temporaires, festivals divers, institutions, monuments, spectacles itinérants, voyages d’étude, rencontres avec des professionnels sur leurs lieux de travail.

Dans une mise en perspective de l’enseignement proposé au cours des trois dernières années, on pourra notamment :

-* dégager les progressions et le sens de la formation proposée ; -* montrer les bénéfices que chacun peut en espérer dans une poursuite d’études, artistiques ou non ; -* dresser un bilan pédagogique concernant l’ensemble du groupe comme chacun de ses élèves.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.87
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2